Tag Archives: froid

Expulsion matinale

Le youpi du jour : le loft attenant à l’atelier Sloli qui se tenait au 7 faubour Bonnefoy (en remplacement de l’ancien Sloli expulsé en juillet 2012) a été expulsé ce matin. Le loft avait été réquisitionné par le CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) il y a quelques mois et servait d’espace de logement à des familles sans maison.

Encore une fois, le droit de propriété et le profit priment sur le droit des gens à avoir un logement et à vivre au chaud avec leur famille. Merci encore aux flics de faire le sale boulot au profit des patrons et des propriétaires.

[EDIT]

Après une petite visite sur les lieux, je  constate que le Sloli a été également expulsé. Le Sloli était un espace d’échange gratuit abritant des activés telles que fripe gratuite, cours de cirque, atelier vélo, repas, cours de langues, etc. Les ouvriers sont en train de vider et de murer les lieux.

À peu près vingt personnes ont été expulsées dont des familles. Certaines familles sont parties au Grand Ramier (centre d’hébergement d’urgence), d’autres sous des ponts, sous la pluie, etc. La préfecture a communiqué sur l’ouverture de 47 places d’hébergement à parti d’aujourd’hui… jusqu’au 19 janvier, dans quatre jours. La mairie de Toulouse ne semble pas proposer de solution de relogement.

Il fait trois degrés dehors et on laisse quand même des gens à la rue parce que c’est plus important de laisser des bâtiments vides pour encourager la spéculation immobilière et laisser les possédants posséder.

Advertisements

Gratin de chou-fleur vegan !

Je suis sûre que  tout le monde a déjà sa recette de béchamel vegan parce que c’est super simple à faire, mais moi j’ai découvert ça la semaine dernière parce que j’avais trouvé deux choux-fleurs dans la récup et que je voulais faire un gratin. Du coup, comme c’est super bon et que ça réchauffe, je vous transmets ma façon de faire parce qu’il fait froid.

Il vous faut, pour un petit gratin mignon qui nourrira quatre personnes :
• un chou-fleur
• 5 cuillères à soupe d’huile d’olive
• 5 cuillères à soupe de farine
• 1 litre de lait végé (soja, avoine, riz, c’est vous qui voyez)
• 50g de levure maltée

1) découper le chou-fleur en bouquets et le mettre à cuire dans de l’eau bouillante salée, pendant vingt minutes. Faire chauffer votre four à 180°.
2) l’égoutter quand il est tendre et le mettre dans un plat qui va au four.
3) dans une autre casserole, mettre à chauffer l’huile à feu moyen. Quand elle est chaude (avant qu’elle se mette à fumer), mettre la farine dedans et remuer avec une cuillère pour qu’elle soit absorbée par l’huile. Laisser chauffer trente secondes, puis verser le lait (froid ou à température ambiante) d’un coup, en remuant. Laisser chauffer en donnant un tour de cuillère de temps en temps. Au bout d’un moment, le liquide va s’épaissir. On peut continuer à faire chauffer pour faire épaissir encore. Assaisonner : sel, poivre, muscade, ras-el-hanout.
4) verser la béchamel sur le chou-fleur, dans le plat. Saupoudrer de levure maltée. Mettre au four. Cuire jusqu’à ce que ça gratine (vingt minutes).
Miam.

Automne !

Bon, je mets un point d’exclamation dans le titre pour vous faire croire que je suis super contente que ce soit l’automne. En fait c’est pas vrai, je hais ces nom d’un chien de feuilles mortes qui cachent toujours des branches traîtres qui niquent mes pneus, j’aime pas le changement d’heure et en plus à Toulouse il fait super froid depuis deux jours et c’est affreux.

D’un autre côté (j’adore cette expression) il y a deux bonnes nouvelles : je réapparais après trois semaines de silence parce que j’ai fait le gros truc que j’avais à faire (un exposé super compliqué dont je vais vous reparler super bientôt) ET je suis en la possession du bonnet le plus MIGNON du monde entier. Il est en fausse fourrure de léopard (parce que la vraie c’est vraiment trop naze), avec des petites oreilles pointues, et il a deux looongues oreilles qui arrivent jusqu’à la hauteur de mes mains et dans ces oreilles il y a des poches pour que je puisse mettre mes mains dedans. Bon. Bref. Donc ça va quand même un peu.

Eeeet le truc de ouf c’est que j’ai plein de recettes à partager, et ça commence maintenant avec DES COOKIES VEGAN !! (la recette vient de Vegan Cookies Invade Your Cookie Jar, mais il est cher ET en anglais alors comme je suis sympa je traduis).

Pour faire environ trois fournées d’une dizaine de cookies, il vous faut :

  • 1/2 de mug de sucre roux
  • 1/4 de mug de sucre blanc
  • 2/3 de mug d’huile végétale
  • 1/4 de mug de lait végèt’ (j’ai pris du lait d’avoine mais riz ou amande ça gère aussi).
  • 1 cuillère à soupe de fécule de maïs (genre Maïzena)
  • 2 cuillères à café d’extrait de vanille (ouhh, ça vient de loin et ça pollue, c’est pas bien !)
  • 1 mug et demi de farine
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 3/4 de mug de morceaux de chocolat

D’abord, mélanger les deux types de sucre avec l’huile, le lait végèt’, le fécule de maïs et la vanille. Bien mélanger (au début l’huile reste dessus mais ensuite ça se mélange bien).  Chauffer le four à 180°.

Ensuite, ajouter 1 mug de farine, le sel et le bicarbonate. Bien mélanger, ajouter le demi mug de farine ensuite, puis le chocolat. (Pour le chocolat, je n’ai pas trouvé de façon vraiment satisfaisante d’obtenir des “chips” réguliers. Il y a plusieurs solutions : on peut acheter des pépites déjà faites, mais c’est super cher et pas forcément du bon chocolat. Sinon, on peut prendre du chocolat de cuisine vegan et le couper au couteau tous les 1cm environ au-dessus d’une planche à découper. Il y aura des petits bouts et des gros, mais ça marche à peu près bien.).

La pâte est normalement pas super liquide, voire même épaisse. C’est normal.

Mettre une feuille de papier cuisson sur une grille de four. Pour faire les cookies, la technique est simple : faire une petite  boule de pâte dans une cuillère à soupe (un peu plus petite qu’une balle de ping-pong) et la faire tomber en utilisant une autre cuillère sur la grille. Les cookies vont s’aplatir en cuisant, il faut bien les espacer sinon ils se collent.

Mettre au four, cuire neuf minutes (pas plus) et sortir. Au début ils ont l’air tout mous, c’est normal aussi. Il faut attendre qu’ils refroidissent : ils deviennent croustillants au bord et tendres au milieu.  Voilà !

(et bientôt, d’autres uploads politiques et cuisiniers !)

Hum, hum.

(sinon, à la personne qui est tombé-e sur mon blog en utilisant les termes “porn gamine de 8 ans” sur Google : ne refais jamais ça.

(non mais sérieux, comment c’est possible d’atterrir ici avec ces termes de recherche ? ).