En Melody.

Donc voilà.

Il fait soleil, je surplombe Grenade. Par la fenêtre je peux voir toute la ville, c’est joli.

Je bois du café au lait. Dans un pot de confiture. Parce qu’ici, quand il n’y a plus de verres propres, c’est-à-dire 90% du temps, on boit dans des pots de confiture. Simple.

Je me demande aussi pourquoi l’huile d’olive italienne super chère que j’utilise pour assaisonner mon combo sucrine-roquette atterrit immanquablement sur mon jean préféré (qui est lui-même sur mes cuisses, faut pas déconner.).

Ma vie amoureuse est tellement compliquée que j’adorerais envoyer des updates par texto à mes copines toutes les secondes -si seulement ça les intéressait.

Dans les petites nouvelles, Meilleurami a décidé de construire un radeau pour naviguer de la source du Danube à la Mer Noire cet été. Je vous dirais bien qu’il est fou si ça ne me tentait pas autant, mais je peux pas because pas de job d’été et pas de thunes.

Je récupère mon appareil photo demain, attendez-vous à être super éblouis des yeux.

P. S. : Ce qui m’a pris le plus longtemps dans la préparation de mon voyage à Toulouse ? L’épilation.

Quote du jour : ‘Non, mais attends, la monogamie c’est complètement bourgeois comme concept !”

Le soundtrack du jour, c’est l’album Histoire de Melody Nelson, Gainsbourg 1971.

“Tu t’appelles comment ?

– Melody

– Melody comment ?

– Melody Nelson…”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: